Besson ne connaît pas sa leçon !!!

Publié le 10 Février 2009



Eh oui Monsieur le Ministre !!! c'est bien mal connaître le fonctionnement des réseaux clandestins que de vouloir inciter les migrants à donner le nom de leurs passeurs.

Oui je comprends bien votre but !! éradiquer ce trafic d'être humain. Mais ce n'est pas prendre en compte tout l'effet pervers de votre demande.

Vous n'ignorez pas à quel point un migrant est dans une situation de dépendance. Son passeur est celui qui décide de sa vie jusqu'à destination. Et vous savez aussi que tous les migrants de Calais ne visent qu'une chose : l'entrée en Angleterre.

Alors au trois quart de leurs parcours, vous demandez à des hommes de "se donner la mort" ?
Les réseaux de migrants sont infiltrés par les passeurs. Ces derniers surveillent tout, écoutent tout !
Au moindre doute, ils rappellent les migrants à l'ordre.

Ces mafieux encadrent leurs voyages, se servent d'eux parfois comme de "mules" afin d'arrondir leurs trafic d'être humain avec celui de la drogue.

Tout au long de leurs parcours, les mafieux ont investis des lieux de passages, utiles à leur trafic.
Ils en sont devenus propriétaires aux yeux des migrants. Celui-ci est en charge de la parcelle de parking prés du quai, celui-ci possède le droit de passage de tel pont etc... nos pays sont vendus par parcelles sans que nous n'en sachions rien !! et chaque passeur décide de qui viendra prendre la relève de cette parcelle. C'est souvent un membre de la famille qui est désigné.

Les migrants le savent bien. C'est la loi du  silence qui doit régner. Sans oublier que souvent les passeurs sont issues de leurs villages ou villes et connaissent leurs familles, sur lesquelles ils pourraient faire pression.
Nous avons à faire à des réseaux internationaux organisés. Et je ne pense pas que ce soit les victimes qui doivent prendre des risques afin de lutter contre ces réseaux.

Nous savons à quel point il est difficile déjà pour des français établis, que de vouloir dénoncer des pressions exercées (comme  en Corse) est dangereux. Bien peu osent parler et pourtant nous sommes en République.

Tout comme une ville entière comme Naples ,soumise à des réseaux mafieux , a du mal à faire face.

Alors ce n'est certainement pas, un migrant isolé, qui va vous aider à démanteler ces réseaux.

Non, je pense qu'il faut plutôt organiser votre bataille contre ces groupes.
Travailler en collaboration avec tous les pays concernés.
L'Europe a su créer un outil comme Frontex, afin que l'Europe lutte efficacement contre l'immigration.

Alors pourquoi ne pas créer un outil pour lutter contre ces groupes.
Je vous suggère le nom de "Mafiex".

Organiser la collaboration entre pays. Mais peut-être aussi que les ONG pourraient elles aussi entamer ce travail de collaboration trans-frontières entre elles afin de mieux comprendre les mécanismes de ce trafic ?

Nous l'avons bien vu à Calais, l'accueil ( quand il est possible) des migrants ne suffit pas.
Il faut pouvoir déployer tous les outils que le droit humanitaire international ainsi que les droits humains mettent à notre disposition ,afin d'établir de vrais projets de protection de migrants.

Pour aller plus loin, voici quelques liens

http://www.nouvelle-europe.eu/index.php?option=com_content&task=view&id=594&Itemid=39

http://www.pdhre.org/rights/refugees-fr.html

http://pierrecatalan.hautetfort.com/archive/2008/05/23/ziegler-frontex-et-la-betise1.html




Karima KOUIDRI

Rédigé par kak94

Publié dans #observatoirecitoyen

Repost 0
Commenter cet article