Indice de Perception de la Corruption 2008

Publié le 26 Septembre 2008

Indice de Perception de la Corruption 2008 : la note de la France en baisse

La note de la France est en baisse dans l'Indice de Perception de la Corruption (IPC) 2008 publié par Transparency International. Avec 6,9 sur une échelle allant de 0 (haut degré de corruption perçu) à 10 (faible degré de corruption perçu), la France perd 0,4 point et 4 places. Elle arrive au 23ème rang du classement 2008. L'IPC 2008 est également marqué par la dégradation de l'image d'autres grands pays de l'Union Européenne tels que le Royaume-Uni (-0,7) et l'Italie (-0,4).

Sans surprise, les pays les plus pauvres sont en bas du classement. Une preuve supplémentaire du cercle vicieux liant pauvreté, faillite des institutions et corruption.

L'IPC évalue la perception, par les milieux d'affaires internationaux, du niveau de corruption affectant les administrations publiques et la classe politique de 180 pays.
La baisse significative de la note de plusieurs pays développés coïncide avec l’émergence d’affaires de corruption politique et privée sur le devant de la scène médiatique. La crédibilité du Royaume Uni en matière de lutte contre la corruption a par exemple été fortement entamée après la suspension en décembre 2006, pour des raisons de sécurité nationale, de l'enquête pour corruption visant BAE Systems, décision récemment validée par la Chambre des Lords.

En France, nombreux sont les éléments qui ont pu contribuer à dégrader la perception du niveau de corruption. Sur le plan politique, on peut citer la mise en examen de l’ancien Président de la République – enquête sur les emplois fictifs de la mairie de Paris – et de l’ex Premier ministre – affaire « Clearstream » – ainsi que le scandale des caisses noires de l'UIMM. Par ailleurs, des affaires de corruption à l’étranger impliquant plusieurs entreprises françaises ont émaillé l'actualité de cette année.

Enfin, le non lieu prononcé dans l’affaire des frégates de Taiwan, après que trois ministres de l’Economie et des Finances, de gauche comme de droite, aient bloqué l’instruction par l’invocation du secret défense, a indiscutablement jeté le doute sur la volonté de la classe politique française de faire toute la lumière sur cette affaire.

Bien qu’ayant accompli d’indiscutables progrès sur le plan législatif avec en particulier l’adoption de la loi sur la corruption du 13 novembre 2007, la France doit donc poursuivre ses efforts dans la lutte anti-corruption. Son action doit viser tant le renforcement de la transparence de la vie publique que la mise en œuvre de ses engagements internationaux. Au-delà de l’adoption de nouvelles règles, il est essentiel que la France veille à leur application effective.


IPC 2008 et documents connexes :


Rédigé par kak94

Publié dans #observatoirecitoyen

Repost 0
Commenter cet article