Le Rapport 2010 d'Amnesty International rend compte de la situation des droits humains en 2009 dans 159 pays et territoires.

Publié le 28 Mai 2010

LE RAPPORT 2010 EN UN COUP D’ŒIL





Le Rapport 2010 d'Amnesty International rend compte de la situation des droits humains en 2009 dans 159 pays et territoires.


Il retrace une année où l'obligation de rendre des comptes et l’instauration d’une véritable justice ont pu faire figure d’idéal lointain, des vies continuant d'être détruites par la répression, la violence, la discrimination, les coups de force et les impasses politiques. Mais ce rapport salue également de réelles avancées et montre qu'il est aujourd'hui plus difficile pour les auteurs des pires crimes d'espérer échapper à la justice. (...)


De nombreux pays n'ont insisté sur l'obligation de rendre des comptes que lorsque cela les arrangeait politiquement et ont privilégié la solidarité régionale au détriment des droits des victimes de violations.


En Amérique du Sud, plusieurs anciens chefs d'État ont comparu en justice en application de la législation nationale pour des violations des droits humains. Au Pérou, l'ancien président Alberto Fujimori a été condamné à 25 ans de réclusion pour de graves violations des droits humains perpétrées en 1991.


Des institutions nationales et régionales se sont penchées sur des questions en rapport avec des crimes au regard du droit international. Le Rapport 2010 d’Amnesty International souligne que l’obligation de rendre des comptes ne concerne pas uniquement les homicides et la torture, mais aussi tous les cas où sont niés les droits qui nous permettent de vivre dans la dignité.


Le respect des droits humains doit faire partie intégrante de toute action, nationale ou internationale, de réponse aux multiples crises actuelles – alimentaire, énergétique, financière. Des milliards de personnes vivant dans la pauvreté ne voient toutefois pas reconnus leurs droits à la santé, à l'éducation et au logement.


Ce n'est pas uniquement entre les gouvernements et les personnes que se situe la faille en matière de justice. On assiste à une montée en puissance et en influence des acteurs économiques mondiaux, mais ces derniers ont rarement à répondre de leurs actes. Les grandes entreprises internationales opèrent dans une économie mondialisée, mais dans un cadre législatif qui, lui, ne l’est pas.


Le Rapport 2010 témoigne du courage du mouvement de défense des droits humains dans son ensemble, qu'il s'agisse des organisations ou des personnes : il mène une action constante pour obtenir des lois internationales et nationales fortes, en affirmant hautement qu’elles doivent servir à assurer une justice digne de ce nom. Le Rapport relate l'action menée par Amnesty International pour dénoncer les atteintes aux droits fondamentaux et faire valoir l'obligation pour tous de rendre des comptes.

 

 


Communiqué de Presse du 27 mai 2010

 

Le rapport d'Amnesty en un coup d'oeil (PDF)


Faits et chiffres (PDF)

 

Synthèse du Rapport annuel 2010 (PDF)

 

Avancées en matière de droits humains constatées en 2009/2010 (PDF)

 

 



En savoir plusTOUTES LES INFORMATIONS (extraits par pays, etc.) sur notre site international dédié : http://thereport.amnesty.org/fr





panier
 le COMMANDER en ligne dans notre e-boutique : cliquez ici

Rédigé par kak94

Publié dans #observatoirecitoyen

Repost 0
Commenter cet article