Gérer les indésirables - Des camps de réfugiés au gouvernement humanitaire

Publié le 12 Octobre 2009

Michel AGIER, Gérer les indésirables - Des camps de réfugiés au gouvernement humanitaire , Flammarion, nov. 2008, 350 p.

En librairies le : 5 novembre 2008 - Éditeur : Flammarion collection « Bibliothèque des savoirs » - Reliure : Broché - Description : 350 pages - ISBN : 978-2-0821-0566-8 Prix : 23 €

A lire sur TERRA : le résumé, le sommaire et l’introduction en texte intégral

 

A lire ci-dessous, avec l’aimable autorisation de l’auteur et de l’éditeur, l’introduction du livre en texte intégral et un entretien de l’auteur au sujet du livre

Pour acheter ce livre : en ligne

.

PRESENTATION

 

 

Michel Agier anthropologue à l’Institut de recherche pour le développement, est directeur d’études à l’EHESS, où il dirige le Centre d’études africaines. Depuis 2004, il est membre du conseil d’administration de Médecins sans frontières. Il a notamment publié Aux bords du monde, les réfugiés (Flammarion, 2002 trad. anglaise Polity Press 2008) et La Sagesse de l’ethnologue (L’œil neuf, 2004).


Selon les chiffres officiels, cinquante millions de personnes dans le monde sont « victimes de déplacements forcés » : réfugiés, demandeurs d’asile, sinistrés, tolérés, déplacés internes…, les catégories d’exclus se multiplient, mais combien d’autres sont ignorées : retenus, déboutés, clandestins, expulsés… Face à ce drame, l’action humanitaire s’impose toujours plus comme la seule réponse possible. Sur le terrain, pourtant, le « dispositif » mis en place rappelle la logique totalitaire : permanence de la catastrophe, urgence sans fin, mise à l’écart des « indésirables », dispense de soins conditionnée par le contrôle, le filtrage, le confinement ! Comment interpréter cette trouble intelligence entre la main qui soigne et la main qui frappe ?

Après sept années d’enquête dans les camps, principalement africains, l’auteur révèle leur « inquiétante ambiguïté » et souligne qu’il est impératif de prendre en compte les formes de contestations et de détournements qui transforment les camps, les mettent en tension, en font parfois des villes et permettent l’émergence de sujets politiques.

Une critique radicale des fondements, des contextes et des effets politiques de l’action humanitaire.

.

« Six ans après Aux bords du monde, cet essai deviendra, à n’en pas douter, un classique. Explorateur passionné et infatigable des populations « inutiles » et par conséquent « indésirables », Michel Agier interroge ici leur avenir : comment peuvent-elles revenir dans la famille des humains, comment les ramener de la non-existence au monde social, du camp à la ville, de la vie intemporelle à l’Histoire, comment leur redonner une place sur la carte du monde, et les faire passer du statut de rejet à celui de sujet ? Une lecture urgente et indispensable pour tous ceux qui réfléchissent aux actions à mener ou qui seront appelés à les mettre en œuvre. »
Zygmunt Bauman

source : http://www.reseau-terra.eu/article840.html

Rédigé par kak94

Publié dans #observatoirecitoyen

Repost 0
Commenter cet article