Indigènes, mémoire et justice.

Publié le 26 Septembre 2006

 

Depuis le sortie du film "Indigènes", c'est un ancien débat qui vient d'être relancé. Quel place pour ces hommes qui ont aidé la France à devenir une République ?

Quelle place d'honneur notre pays leur accorde t-il ? et que sont-ils devenus ?

Avant de me lancer dans cet article, je voudrais d'abord souligner une chose :

Je ne voudrais pas que ce film "Indigènes" qui se veut un outil d'aide à la  Mémoire puisse être récupéré par une forme d'insatisfaction latente des personnes issues de l'immigration vivant en France.

Les premiers témoignages de jeunes ayant participé à la première du film m'ont interloqué. Ce film a voulu rendre toute sa place à un pan de notre histoire nationale. Voilà qui est fait et pour cela, je salue le réalisteur. Mais je crois aussi, qu'il faudra être attentif dans les jours à venir à ne pas tomber dans les effets pervers d'une possible récupération par des jeunes qui sont en mal d'identité dans notre pays.

Le travail de mémoire et de réconciliation entre la France et ses colonies est dure, pénible.. parfois autiste. Alors ne décourageons pas les bonnes volontés. Il faut se rappeller, dire comment c'est arrivé et pourquoi. Mais aussi rendre toute sa place à la dignité des hommes et des femmes acteurs de cette histoire.

Voilà, ce préambule étant posé, je voulais aborder un point spécifique aux personnes ayant combattu aux cotés de la France et qui sont aujourd'hui retraités dans ce pays.

Difficile d'avoir des chiffres exact. Ils seraient aux environs de 30 000, issus de plus de trente pays.

D'aprés les informations que j'ai pu obtenir... mais n'hésitez pas à me corriger...

Pour la plupart, ils ont prés de 80 ans et plus... vivant dans des conditions trés modestes, voire vétustes. Ils résident en France, condition sine qua non pour toucher leur pension de guerre. Ils ne sont autorisés à se rendre dans leur pays que deux fois l'an. Sans quoi ils se verraient privés de tous leurs droits sociaux. Alors ils sont là, souvent seuls, errant dans les rues des villes, à l'affût d'une rencontre, d'un partage avec quelqu'un. Ils n'ont qu'une envie rejoindre leur famille, dans leur pays.. et partager leur maigre revenus avec eux. ( 40 euros par trimestre pour certains)...

Vous aurez un peu plus de details avec le lien ci-dessous.

http://www.gisti.org/doc/plein-droit/56/manoeuvres.html

Avec cette assignation à résidence, ils sont privés d'une vie sociale et familiale et à quel prix !!

J'ai alors pensé à tous ces retraités Français qui n'ont plus les moyens de prendre leur retraite en Provence et qui ont opté pour le Maroc. Ils y ont trouvé un climat clément, un niveau de vie que jamais ils n'auraient eu en France avec leurs revenus. Certains ont même les moyens de se payer du personnel de maison pour 200 euros par mois. Ce phénomène s'est acceléré ces dernieres années en Tunisie et au Maroc. Il faut dire que les gouvernements de ces pays leur ont permis de bénéficier de programmes fiscaux trés attrayants.

Alors, je ne sais pas s'ils sont soumis aux mêmes obligations de présence en France que nos anciens combattants ? Là  est ma question.

Mais je vois là, une nouvelle forme de néo-colonialisme qui me dérange au plus haut point.

Deux poids deux mesures.

Alors comment entammer un travail de mémoire, en perdurant des attitudes aussi inégales ?

Merci de vos commentaires et pistes de reflexion.

 Vous pouvez ici écouter l'emission de France-Culture avec Benjamin Stora sur ce sujet.

http://www.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/emissions/matins/index.php?emission_id=25060143

PS : si vous desirez recevoir les nouveaux articles, n'hésitez pas à vous inscrire à la newsletter

Et n'oubliez pas ceci EST aussi votre blog.

 

Rédigé par karima kouidri

Publié dans #justice

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Florence 06/10/2006 19:16

C'est un film qui m'a bouleversée, c'est criant d'injustice.C'est un long et pénible travail de réconcialition à faire avec l'Algérie.Il y a matière à réflexion, mais cela ne doit pas être récuperé à des fins politiques ou autres.C'est une page de notre histoire qu'il va falloir accepter, et surtout veiller à ce que sous cette même forme cela ne se reproduise pas.Nous avons tous un travail de mémoire à effectuer.
Je vous encourage à aller voir ce film même si l'on est tous informés de cela, les images marquent, du moins elles m'ont marquée....et me marqueront encore longtemps. Et surtout pas de polémique politico-intello.....etc.Juste un travail à faire nous Français.Moins de mépris, et d'arrogance et plus de justice, de respect, pour un monde, espérons, meilleur et tolérant.
Et nos retraités là dedans me direz-vous, je me garde bien de les juger. Ils vont, sans mauvaises intentions je pense là où leur économies leur permettent d'aller.
Florence. 

marie Baillet 28/09/2006 10:07

Tout d'abord merci à Karima d'avoir le courage et la générosité d'aborder les problèmes parfois dérangeants.
Il est évident que le vrai travail de mémoire ne peut se faire que lorsque les inégalités auront disparu et dans le cas précis des retraités que la somme qui leur est allouée soit la même pour tous quels qu'ils soient. C'est à l'Etat à s'en charger.
Ceci dit, je serais très prudente sur le "néocolonialisme" c'est un fourre-tout un peu rapide me semble-t-il.
Personnellement je connais de vieux pieds-moirs oranais passant leur retraite sur les lieux de leur enfance sans aucune arrière pensée de néocolonialisme ni dans leur tête ni dans celle de tous leus amis algériens qui les considèrent comme de vrais algériens.
Pour ma part je reconnais que si ma vie de famille ne m'avait retenue en France, j'aurais aimé finir mes jours dans un pays où j'ai vécu 25 ans , que j'aime, que je considère comme le mien et ses habitants comme mes compatriotes de coeur.
Alors les injustices." politiques", combattons-les et ne mélangeons pas tout.
Marie.

FLORENCE 26/09/2006 23:30

Je voudrais souligner le point qui met en situation inconfortable "nos retraités Français" s'intallant de plus en plus nombreux au Maroc.D'une part je pense que la France ne leur accorde plus le privilège de couler des jours heureux en France car l'immobilier est devenu un luxe inaccessible pour tous ces retraités.D'autre part le gouvernement Marocain encourage ces retraités à venir s'installer un mois, deux mois ou plus grâce à des mesures fiscales attrayantes, mais attention si les appartements sont loués, ces revenus ne sont pas disponibles hors Maroc.....De même je voudrai dire que beaucoup de 2ème ou 3ème générations d'immoigrés Marocains retrouvent le goût de retourner quelques semaines, mois par an dans le pays de leurs parents, ou grand-parents.Alors où est le néo-colonialisme?Et puis, je voudrais dire tous ces braves gens(les retraités) n'ont pour la plupart pas travailler au Maroc, pourquoi seraient-ils "hotages" de mesures fiscales desavantageuses, non pas que je cautionne ce que le gouvernement Français inflige aux retraités Marocains vivant en France.Mais nos "retraités Français" et d'autres non retraités veulent juste un peu de chaleur....quoi de plus normal en vieillissant!Le soleil a toujours eu cette aisance à attirer à lui nombre d'entre nous!  Ne crions pas trop vite au néo-colonialisme!N'oublions que cette arrivée massive de Français et autres Européens est une vrai manne financière pour le gouvernement Marocain, donc chacun y trouve sont compte....