Roms et discrimination contre les pauvres

Publié le 14 Décembre 2008

Les associations demandent une politique européenne pour les Roms
 
Une trentaine d'associations européennes de défense des droits de l'Homme et d'aide aux plus démunis se sont alliées pour soumettre aux chefs d'Etat et de gouvernement européens, réunis en Conseil les 11 et 12 décembre à Bruxelles, une série de recommandations visant à améliorer la situation des Roms en Europe.
Cette démarche fait suite au premier sommet européen des Roms organisé le 16 septembre dernier, déjà à Bruxelles. Car, "si un consensus émerge sur le constat affligeant des discriminations incessantes dont les Roms font l'objet, les Etats membres et les institutions européennes ne parlent pas de concert quant aux mesures à appliquer", déplorent ces organisations (parmi lesquelles figurent notamment la Fondation Abbé-Pierre pour le logement des défavorisés, la Fnasat-Gens du voyage, Médecins du monde ou Romeurope).
Elles demandent donc, en premier lieu, à la présidence du Conseil de l'Union européenne et aux Etats membres d'adopter "une stratégie européenne pour les Roms, en complémentarité réelle et étroite avec celles des Etats membres et avec les actions locales exemplaires, sans oublier les pays candidats afin de garantir l'impact des activités menées".
Un tel document devra être rédigé dans le cadre d'un processus participatif, "pour les Roms et avec les Roms", soulignent à cet égard les associations dans leurs propositions (en ligne sur le site de la
LDH).




 
ATD Quart monde saisit la HALDE contre la discrimination des pauvres
 
A l'occasion du 60e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'Homme, l'association ATD Quart monde a saisi la Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité (HALDE), mercredi 10 décembre, afin de lutter contre "les discriminations auxquelles sont soumis les plus pauvres dans notre société".
Car "si l'opinion publique est consciente qu'être pauvre en France aujourd'hui ne permet souvent pas d'accéder à un logement ou à des soins, on ne réalise pas forcément que l'état de pauvreté conduit à la mise à l'écart des individus concernés", explique l'organisation dans un communiqué.
Or "nous constatons tous les jours que les injustices et stigmatisations subies par les familles très pauvres vont bien au-delà des difficultés économiques".
Objet a priori de tous les soupçons, leur comportement avec leurs enfants est par exemple examiné à la loupe, ce qui aboutit à des placements plus fréquemment que dans d'autres milieux. Taxées de "comportement asocial", elles se voient aussi refuser des logements au motif qu'elles pourraient constituer une gêne pour le voisinage.
"Les exemples sont nombreux", affirme enfin ATD Quart monde, qui espère que la saisine de la HALDE pourra mettre au jour ces discriminations afin de tenter d'y trouver des solutions.

Pour un plan d'action plurisectoriel


Elles préconisent également "la fin des régimes transitoires qui limitent l'accès des ressortissants roumains ou bulgares au marché de l'emploi dans plusieurs Etats membres", ainsi que "la suppression, dans les motifs possibles de reconduite à la frontière, du critère de 'charge déraisonnable' contraire à la libre circulation" au sein de l'UE.
Elles appellent aussi à la rédaction d'un "plan d'action européen plurisectoriel", qui aura pour objet de lutter contre la ségrégation spatiale de ces populations et de résorber l'habitat indigne, de garantir l'accès effectif de tous à une couverture maladie et aux soins, de même qu'à leurs droits civils et politiques et aux établissements scolaires ordinaires.
D'autres recommandations allant dans ce sens sont également adressées à la Commission européenne, concernant l'accès aux droits, le souvenir des victimes de la barbarie nazie, la reconnaissance de la langue et de la culture rom, le soutien aux associations de gens du voyage, le suivi des situations vécues, etc.
Elles demandent enfin à l'Agence européenne pour les droits fondamentaux de créer des observatoires européen et nationaux des violations des droits des Roms et des gens du voyage, ainsi que le lancement de campagnes européennes anti-discriminatoires ou de valorisation de leur image.

Rédigé par kak94

Publié dans #observatoirecitoyen

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article