Paroles de clandestins à Lampedusa

Publié le 26 Août 2008

Depuis janvier, déjà 13 000 hommes, femmes et enfants sont arrivés à Lampedusa, souvent après un voyage difficile. : AFP



Des migrants arrivent tous les jours, ou presque, sur des embarcations de fortune, dans l'île italienne. Leurs témoignages sont accablants.






Ils viennent de la Corne de l'Afrique, du Nigeria ou d'Afrique du Nord, fuyant la guerre, la famine, la misère et les régimes autoritaires. Située à l'extrême sud de l'Italie, à 200 km des côtes libyennes, l'île de Lampedusa est, pour eux, la porte de l'Europe et ils sont des milliers à tenter la traversée, sur des embarcations de fortune. Depuis janvier, déjà 13 000 hommes, femmes et enfants sont arrivés à Lampedusa. Au centre de premier accueil de l'île, des migrants nous ont raconté leur voyage et leur rêve européen.

 

A. est Érythréen, il a 17 ans. Mineur, il bénéficie automatiquement du droit de rester en Italie. « Je suis parti de chez moi à 15 ans, avec un ami. Nous avons eu peur de la guerre. On a mis deux ans à arriver en Europe. On a dû travailler un an au Soudan. En Libye, on a attendu neuf mois pour traverser. Finalement, on a embarqué sur un petit bateau à moteur plein à craquer. En pleine mer, on est tombé en panne sèche, on a eu peur. Heureusement, un bateau italien est venu nous chercher. Je suis triste d'avoir quitté l'Afrique, je ne pense pas que je reverrai un jour ma famille, mais j'ai appelé, ils savent que je vais bien. Ici, je vais trouver un travail et étudier. Je pense que ce sera facile maintenant, parce que je suis un réfugié. »

 

H., 32 ans, mère de famille, est venue avec ses deux filles et son mari. « Je suis Érythréenne, mais j'ai quitté mon pays en 1998. Mon mari est Éthiopien, son pays est en guerre avec le mien. Nous avons vécu à Addis-Abeba (capitale de l'Éthiopie, NDLR), puis au Soudan et en Libye. Nous avons deux filles, de 8 ans et 1 an et demi. Nous avons navigué deux jours pour arriver en Italie, à 250 sur une embarcation, sans vivres. J'ai eu peur, bien sûr, à cause de mes enfants. Mais c'est aussi pour eux que nous avons fait le voyage ».

 

M., 26 ans, a dû fuir l'Érythrée, où il était étudiant en sciences biomédicales. Il a mis deux ans à arriver en Europe.« J'ai dû interrompre mes études et fuir l'Érythrée pour des raisons politiques. Toute ma famille est restée là-bas. Mon voyage a duré deux ans : j'ai traversé le Soudan, le Sahara, la Libye. J'ai dû récolter l'argent nécessaire pour le voyage. La traversée en bateau a été éprouvante, deux jours sans eau ni nourriture. Mais c'est fantastique d'être enfin arrivé. »

 

 

S. est une Nigériane de 24 ans, mère d'une petite fille de 3 ans et enceinte de 6 mois. Son mari, resté en Afrique, doit tenter la traversée pour la rejoindre. « J'ai mis une dizaine de jours à arriver en Italie. J'ai retrouvé des amis en chemin. La traversée depuis la Libye a duré une seule journée, mais n'a pas été facile car je suis enceinte de six mois. Je suis venue parce que je veux que mes enfants aient une bonne éducation, qu'ils vivent dans un pays en paix. C'est pour ça que j'ai quitté l'Afrique. Et puis j'avais trop d'ennuis avec ma famille, au Nigeria. Mon mari est au Ghana en ce moment. Il m'a dit que je devrais partir, il va nous rejoindre en Italie. »

 

Recueilli parMarie CAMIERE.

 source :
http://www.ouest-france.fr/Paroles-de-clandestins-a-Lampedusa-/re/actuDet/actu_3637-684546------_actu.html

Rédigé par kak94

Publié dans #observatoirecitoyen

Repost 0
Commenter cet article

COLPIN Didier 26/08/2008 20:12

EUROPE ET TURQUIE
 
- Le « Non » au Traité constitutionnelle est encore dans toutes les mémoires. Mais est-ce pour autant l’ « Europe » qui a été ainsi rejetée ? Non, tout le monde en convient ! L’a été une certaine vision, compréhension, conception de l’Europe. Le fameux « sens des mots », trop  souvent source d’incompréhension, de confusion …
Et au sein des causes de ce rejet figurent en bonne  place la Turquie !
 
- Alors, ce pays, européen ou pas ?
 
- Remarquons que répondre par la positive, reviendrait à admettre que l’Iran et l’Irak ont une frontière commune avec le vieux  continent... Tout de même estomaquant…
 
- Décortiquons, autant que faire ce peux en quelques lignes obligatoirement réductrices. Certains mettront en avant le fait que la Turquie est laïque, et que son alphabet est le latin ! Pourquoi donc ne pas l’accepter ?
 
- Notons d’abord que cette position indique que les frontières (ou leurs absences) ne sont pas que géographiques, elles peuvent également être culturelles.
 
-Commençons par les géographiques.
La formule de Gaule est connue : l’Europe s’étend de l’Oural à l’atlantique et s’arrête au Bosphore. Cohérent. Mais, en rapport avec notre question, il y a un « hic »… La Turquie se jette sur  des deux rives du Bosphore, et les puissances victorieuses du premier conflit mondial qui ont redessinée, avec un trait de plume parfois malheureux, les frontières ont validé cet existant. Aussi, de quel côté faire pencher la balance ? Et si l’ont prenait tout simplement comme unité de mesure le km2 ? Où en trouvent-on le plus ? En Europe ou en Asie ?
Evident, non…
 
- Frontières culturelles.
Comme « nous », n’est-elle pas laïque, et si l’écriture est un des éléments constituant la culture d’un peuple, comment ne pas mettre en avant son alphabet, latin comme celui que « nous » utilisons ? Effectivement…
Mais tout cela n’est que greffon au devenir incertain… Un risque réel de rejet par la souche existe…
- Osons aborder à présent un sujet tabou, un sujet qui fâche, l’origine chrétienne de l’Europe, de ses valeurs, de sa culture ! Pourtant, est-ce plus choquant que de souligner le poids de l’Islam dans la culture des pays arabes ?
- A la façon d’une plaque photographique classique qui renvoi une image inversée, la laïcité turque est l’inverse de la notre (occultons le fait que la laïcité française n’est pas la laïcité anglaise etc.…) : L’histoire européenne du XX siècle ne manque pas d’exemples -pensons à l’Espagne de Franco- ou un pouvoir « fort » utilise la puissance de l’armée pour imposer une idéologie religieuse au mépris de la laïcité, alors qu’en Turquie, à partir des années 20, le pouvoir a utilisé la force de l’armée pour imposer la laïcité, au mépris de l’idéologie religieuse dominante… D’ailleurs le mot « laïque » est inconnu du vocabulaire arabe et le terme turc utilisé est emprunté au vocabulaire occidental… Car au delà du mot, le concept même véhiculé par « laïcité » est extérieur à l’Islam radical où le rejet de la foi (islamique) ne peut conduire l’ « apostat » qu’à la mort physique ordonnée par un corps social qui en agissant ainsi se purifie… En français cela s’appelle un meurtre, un assassinat, tout comme le sont tout également les « crimes d’honneur », coutumiers en Turquie…
- Revenons en France. La sérénité et le recul que donne l’écoulement du temps, permet de dire que, paradoxalement, et au-delà des déchirements consécutifs à la loi de 1905 sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat, et à l’opposition des « culs bénis » et des « bouffeurs de curés », la laïcité est aussi fille de la célèbre parole christique « Rendez les choses de César à César et les choses de Dieu à Dieu »… Dans la même veine, pourquoi les « Droits de l’homme » peinent-ils tant à s’imposer et à prospérer en pays musulmans ? Car ils ont été conceptualisés sur le terreau fertile des valeurs chrétiennes, de l’humanisme chrétien, pour devenir l’expression d’un christianisme déchristianisé, d’une foi chrétienne désacralisée, laïcisée…
- Ouvrons une parenthèse. Ne confondons pas tolérance et laïcité.
Nous parlions à l’instant de « bouffeurs de curé », terme né à une époque ou le paysage religieux français métropolitain était majoritairement occupé par le catholicisme. Aujourd’hui existe toujours des « Talibans de la laïcité » qui prônent l’athéisme comme Vérité révélée et rêvent de marginaliser les citoyens qui ont pour défaut d’être croyants et de le dire !
Espagne mauresque : L’arrivée des arabes en Espagne au VIII° siècle mit fin à la persécution dont les juifs étaient victimes de la part  des Wisigoths qui avaient abandonnés l’arianisme pour le catholicisme. Et pendant de nombreux siècles sous domination musulmane, l’Espagne a été une terre de paix et de tolérance pour les trois religions monothéistes ! Comme quoi, Islam n’est pas toujours synonyme de fanatisme et d’intolérance…
- Fermons la parenthèse.
- Quand-à l’alphabet latin, il est entré en Turquie à la même époque que la laïcité et lui aussi au forceps, l’Empire ottoman utilisant l’alphabet arabe, c'est-à-dire il y a moins d’un siècle. Alors que « chez nous », déjà avant les premiers écrits en « français » du XV° siècle, les lettrés qu’étaient les clercs, écrivaient évidement et depuis « toujours » en latin !
 
- Aussi, tant pour des raisons géographiques que culturelles, il me semble difficile de prétende que la Turquie puisse avoir vocation à intégrer l’Europe ou la communauté européenne, notions qui sont différentes (La Suisse appartient à la première mais pas à la seconde). Et, pour prétendre le contraire, que l’on ne mette pas en avant un quelconque partenariat économique ! L’Europe peut commercer si elle le souhaite avec l’Afrique du sud sans pour autant que ce pays entre dans l’Europe ! Identique pour la Turquie !
 
- Prétendrais-je que ce rejet affirmé, que cette position est vérité, réalité objective ? Non...
 
- Pour prendre conscience de la relativité des certitudes, également des certitudes géographiques, transportons-nous au temps de Rome.
 
- Si l’Empire romain prétendait à l’universalité, dans les faits, des frontières se sont imposées :
Au nord, l’Ecosse (le mur d’Hadrien).
A l’ouest, évidement l’atlantique.
Au nord/est le Rhin et le Danube.
Au sud l’Afrique noire (les pays de Maghreb étaient partie intégrante de l’Empire -neutralisons Carthage-)
Au sud/est le Tigre et l’Euphrate.
Cela pour souligner que si la géographie peut dire ce qu’est l’Europe, cette définition ne vaut que pour « aujourd’hui » (au sens de l’Histoire).
Si nous demandions à nos contemporains européens où se trouve le centre géographique de l’Europe, qui citerait la capitale de l’Italie ? Personne !
Mais l’Empire s’est construit autour de la Méditerranée avec en son centre cette ville, Rome, elle même située sur cette péninsule, cet appendice pénétrant ce « centre du monde » qu’était la « Grande mer », comme on l’appelait alors.
         Toujours à cette époque, le civilisé, était logiquement de type méditerranéen, c'est-à-dire pas très grand, brun et basané. Et le barbare, lui était grand, blond et à la peau très blanche…
Relativité des concepts, disions-nous…
Et parmi ces barbares, il est des tribus germaniques qui allaient nous devenirs « chers » à nous français, celles des Francs…
 
         - Le rapport avec notre sujet ? Dans le monde romain, la région nommée de nos jours Turquie ne posait pas de problème : elle appartenait à l’Empire, tant pour des raisons géographiques que culturelles ! Et elle n’était même pas en zone frontière ! Et le latin, comme ailleurs, y était aussi la langue officielle, administrative !
         Mais cela était il y a « deux milles ans »…
 
- Certitudes, avez-vous un socle digne de ce nom ?
 
         - Pour conclure, maniant le paradoxe, clin d’œil à  Edmond Wells et à son Encyclopédie du savoir absolu relatif, je dirais que la Turquie ne fait pas partie de l’Europe et qu’il s’agit là d’une position objective élaborée au sein d’un concept qui lui, ne l’est pas…
Cette affirmation découle d’une prise de conscience selon laquelle il n’y a pas une vision du monde mais plusieurs, indissociables de grilles de lecture, parfois inconscientes, qui sont autant de filtres. Et la pseudo objectivité de la de la stricte géographie s’efface  devant le poids de la géopolitique qui elle-même s’efface devant celui de la géoculture, autant de réalités subjectives dans leurs valeurs.
 
COLPIN Didier