Migrations : de l'espoir au désespoir

Publié le 24 Juillet 2008

 







Des centaines de morts et disparus aux portes de l'Europe

Migrations : de l'espoir au désespoir

Chaque année, des milliers de candidats au départ tentent l’aventure : traverser la Méditerranée dans
des conditions de plus en plus périlleuses. L’Europe, quant à elle, renforce des mesures de sécurité
déjà draconiennes pour éviter l’arrivée sur son territoire de ces nouveaux immigrants. A la veille d’une
nouvelle saison de « migrations du désespoir», Médecins du Monde exprime sa vive inquiétude face
à ce véritable jeu du chat et de la souris, dans lequel des centaines de candidats à l’exil perdent tragiquement la vie chaque année. Et ce, sans que la politique sécuritaire mise en oeuvre ne soit ni
discutée, ni contrôlée, ne serait-ce qu’au regard de ses objectifs annoncés : la diminution du nombre
de personnes en situation irrégulière présentes en Europe. Il semble pourtant, au vu du dispositif mis
en place par les Etats-Unis à leur frontière sud voilà déjà quelques années, que loin d’empêcher les
migrations dites illégales, des mesures de sécurité excessives se révèlent coûteuses humainement et
financièrement - et pour beaucoup d’experts, contre-productives.

Médecins du Monde est depuis sa création en 1980 particulièrement sensible à la question des migrants, qui font partie des populations les plus vulnérables. MdM a constaté, à travers ses missions auprès des migrants, que l’accès aux soins des étrangers - en particulier en situation irrégulière, est nettement plus restreint que celui des nationaux.
Légitimée par ses interventions auprès des migrants dans l’Union européenne (UE), notre association
s’alarme d’une situation particulièrement grave sur le plan humanitaire : le décès, de plus en plus courant ces dernières années, de nombreux migrants tentant de gagner l’UE. La Commission européenne, dans une communication du 16 mai 20073, estime que le nombre de décès de personnes ayant entrepris un voyage pour atteindre l’Union européenne pourrait se situer entre 3000 et 4000. Les données rassemblées dans le cadre de cette étude documentent environ 1861 décès pour l’année 2007. Et le nombre de victimes est sans doute largement sous-estimé, du fait de la difficulté à comptabiliser précisément le nombre de morts et disparus en mer. Les chiffres réunis permettent de montrer une augmentation, ces dernières années, du nombre de décès de migrants aux frontières de l’Europe. Alors que ces dernières décennies les politiques des Etats européens se sont centrées de plus en plus sur un contrôle, voire une fermeture des frontières extérieures de l’UE, les migrants prennent des risques croissants pour rejoindre la « Forteresse Europe ».

Médecins du Monde, dans le cadre de ses missions auprès des migrants4, a pu constater l’ampleur de ce drame humanitaire et s’interroge sur l’efficacité des politiques mises en place pour gérer les frontières de l’Union européenne. Une stratégie basée sur la fermeture ne favorise-t-elle pas le passage par des routes très dangereuses pour entrer sur le territoire européen ? Cette politique a-telle permis, jusqu’ici, un véritable contrôle des flux migratoires, ou n’a-t-elle pas provoqué au contraire une aggravation du phénomène de l’immigration irrégulière ? Le nombre de migrants en situation irrégulière ne semble pas diminuer, et l’on peut penser que du fait du contrôle accru des frontières, les personne auront tendance à entrer dans l’UE par des routes toujours plus dangereuses et auront besoin de recourir plus systématiquement à des passeurs pour accomplir leur traversée. De plus, étant donné l’augmentation du coût financier et humain de la traversée, on peut penser que les personnes ayant payé un si lourd tribut auront tendance à s’installer sur le territoire européen pour une plus longue durée.

Il est donc important de s’interroger sur la politique menée aux frontières de l’UE, compte tenu des drames rapportés régulièrement dans l’actualité. Dans cette étude documentaire, le cas des Etats-Unis nous servira de point de comparaison, car ce pays a tenté également de contrôler l’immigration clandestine par la fermeture de sa frontière avec le Mexique, depuis plus d’une décennie. Nous tenterons également de tirer une première évaluation de la politique européenne sur le plan humain. Le bilan de la politique menée par les Etats-Unis dans ce domaine permettra d’éclairer celle menée par l’UE et ses Etats membres.


source : http://www.medecinsdumonde.org/fr/publications/les_rapports/migrations_de_l_espoir_au_desespoir

Rédigé par kak94

Publié dans #observatoirecitoyen

Repost 0
Commenter cet article

DIKA pierre-paul 25/07/2008 12:31

Article très instructif, mais qui a mon avis n'aborde que l'aspect évènementiel. Une seule question se pose: Pourquoi cette horde de persones en aussi bonne santé partent? Pourquoi fuient -ils leur continent? L'Afrique est victime des effets pervers de la mondialisation qui affame des populations entières, les paysans en particulier. En l'absence d'une politique sociale établie, en l'absence d'un Etat fort, providentiel, la seule solution sera de partir. Une politique de codéveloppement s'impose, afin de maintenir ces volontaires dans leur pays.En conséquence, l'Europe ne cesse de se barricader, d'établir des normes plus restrictives, dans un contexte d'interrogation quant à son propre avenir. Il faut étudier ce problème à la racine, c'est à dire en Afrique, parce que le continent européen ne pourra pas éternellement accueilir ces assoifés d'espoir. Pierre-Paul DIKA, www.dika.space-blogs.com