Le 10 octobre, Journée Mondiale contre la peine de mort

Publié le 23 Septembre 2007



Moratoire universel sur les exécutionsAppelez l’Assemblée générale des Nations unies  à voter pour un moratoire universel sur les exécutions. 

Cette année 2007, le principal objectif de la journée mondiale est d’appeler tous les Etats du monde à voter en faveur de la résolution appelant à un moratoire universel sur les exécutions qui sera présentée en Assemblée générale de l’ONU au mois d’octobre.

Deux tiers des pays du monde ont désormais aboli la peine de mort ou cessé de l’appliquer, et le nombre d’exécutions diminue chaque année.
Pourtant, en 2007, un tiers des États de la planète pratique toujours la peine capitale.

On ne saurait accepter de justice qui tue.

Aujourd’hui, les nations du monde envisagent de mettre fin à la peine de mort en appelant à un moratoire universel sur les exécutions.
Partout, citoyens et gouvernements doivent décider de dire non à la peine de mort en soutenant cette initiative.


La peine de mort : un châtiment cruel, inhumain et dégradant


• Le droit à la vie est inaliénable et nulle autorité ne saurait décider de la mort d’un être humain.
• A l’instar de la torture, l’exécution est une agression physique et psychologique extrême. La douleur physique ressentie par un être humain lors de son exécution ne peut être quantifiée.
• La justice n’est jamais à l’abri de l’erreur judiciaire. Mais la peine de mort est irréversible et peut être appliquée à des innocents.
• La peine de mort n’a pas plus d’effet sur le taux de criminalité que toute autre punition.
• La peine de mort est un acte de vengeance qui, fondamentalement, légitime la violence d’Etat.
• La peine de mort est discriminatoire et frappe le plus souvent les personnes démunies, les malades mentaux et les personnes issues de minorités raciales, ethniques ou religieuses.
• Le recours à la peine de mort laisse penser qu’un être humain peut perdre toute valeur et devenir irrécupérable, et qu’il est acceptable de tuer dans certaines circonstances. Un gouvernement se doit de protéger la vie humaine et non de la détruire.

Dans la grande majorité des cas, la peine de mort est prononcée à la suite de procès inéquitables. Elle s’applique souvent sur la base d’« aveux » obtenus sous la torture.

• Le droit international tend vers l’abolition universelle et encourage les Etats à abolir la peine de mort


Vers un monde sans peine de mort

Aujourd’hui, 130 Etats ont aboli la peine de mort en droit ou en pratique.
En 2006, des exécutions ont été recensées dans 25 pays ; 91 % d’entre elles ayant eu lieu dans un petit nombre d’entre eux : Chine, Iran, Irak, Pakistan, Soudan et Etats-Unis.
Un mouvement est désormais en marche : l’objectif d’un monde sans peine de mort devient accessible.


Le moratoire universel sur les exécutions

Une résolution de l’Assemblée générale de l’ONU ne suffira pas à empêcher un État de procéder à une exécution, les résolutions n’étant pas juridiquement contraignantes.
Pourtant, un appel ferme de la plus haute instance politique de l’ONU, l’Assemblée générale, en faveur d’un moratoire sur les exécutions aurait un poids moral considérable.
Il constituerait un atout précieux pour convaincre les États réticents d’instituer un moratoire, étape importante sur la voie de l’abolition universelle.

L’objectif à long terme d’Amnesty International en ce qui concerne l’Assemblée générale des nations unies est l’adoption de résolutions sur la peine capitale comprenant des dispositions améliorées petit à petit, qui permettraient de soutenir la campagne mondiale pour un monde sans peine de mort.

L’objectif à long terme d’Amnesty International est d’amener tous les Etats :

- à supprimer toute référence à la peine de mort dans leur législation pénale de manière que cette peine ne puisse plus être prononcée par un tribunal ;

- à ratifier les traités internationaux qui interdisent le recours à la peine de mort en toutes circonstances.

Une pétition intitulée « Moratoire 2000 » a été lancée sur son site Internet par la Communauté de Sant’Egidio en Italie. Soutenue par Amnesty International cette pétition appelant tous les gouvernements du monde à observer un moratoire universel sur la peine capitale dépasse actuellement les cinq millions de signatures.

En octobre 2007, pendant sa 62e session, l’Assemblée générale de l’ONU, constituée de 192 Etats membres, doit examiner une résolution appelant à un moratoire universel sur les exécutions.
Votée, une telle résolution aurait une importance morale considérable et représenterait une avancée déterminante vers un monde sans de peine de mort.

 



Agissez
 SIGNEZ  notre pétition internationale pour un moratoire universel sur la peine de mort

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 





 

Rédigé par kak94

Publié dans #justice

Repost 0
Commenter cet article