Les droits à l’éducation pour tous.

Publié le 21 Juin 2007

Global Campaign for Education Logo
30 janvier : Des enfants venus de toute l’Europe et du Sénégal font pression sur le Parlement européen pour les droits à l’éducation pour tous.
 
Des enfants de 11 pays différents (Allemagne, Danemark, Grèce, Espagne, Irlande, Royaume-Uni, France, Argentine, Sénégal, Belgique et Pays-Bas) ont fait le voyage jusqu’à Bruxelles pour exiger une éducation de qualité pour tous les enfants d’ici à 2015, comme l’ont promis les dirigeants mondiaux dans les Objectifs du millénaire pour le développement et les objectifs de l’Education pour tous.
 
Ils se sont rassemblés pour répondre à l’appel que leur a adressé Nelson Mandela l’année dernière : « Si tous les enfants du monde s’unissent, ils seront plus puissants que tous les gouvernements… Les promesses faites aux enfants ne devraient jamais être rompues. »
 
La rencontre, qui s’est déroulée à l’heure du déjeuner au Parlement européen, était organisée par la députée européenne Glenys Kinnock et la Campagne mondiale pour l’éducation. Mme Kinnock, forte de 30 ans d’expérience dans l’enseignement, s’est adressée aux jeunes militants des classes de terminale :
« Les enfants savent parfaitement ce qui est juste et ce qui est injuste… L’éducation représente la meilleure voie pour combattre la pauvreté. Les pays riches doivent dégager des fonds pour honorer leurs engagements. Les gouvernements doivent retrousser leurs manches, tailler leurs crayons, s'asseoir sur les bancs de l'école et faire leurs devoirs pour que tous les enfants puissent bénéficier de l’accès à la scolarité. »
 
Les jeunes gens sont venus à Bruxelles pour cette manifestation, pendant une période très active de l’année parlementaire, afin de mettre l’éducation en bonne place dans l’agenda politique. Les pays européens ont un rôle crucial à jouer pour atteindre l’objectif de scolarisation de tous les enfants du monde. Si certains pays comme la Suède, les Pays-Bas, le Danemark et le Royaume-Uni ont alloué des ressources significatives à l’éducation primaire dans les pays pauvres, d’autres nations européennes riches se sont montrées moins performantes. En 2005, l’UE a promis d’augmenter l’aide aux pays pauvres pour arriver à presque 40 milliards de dollars US par an d’ici à 2010. Il faut qu’en 2007 cette promesse devienne réalité et que leur contribution totale à l'éducation primaire atteigne au moins 8 milliards de dollars US par an.
 
Lieve Fransen (Commission européenne), Owain James et Lucia Fry (Campagne mondiale pour l’éducation) ont soutenu Glenys Kinnock et ont appelé les politiciens à redoubler d’efforts pour permettre à tous les enfants de réussir leurs études.
 
Dans un discours émouvant, Owain James, coordinateur mondial de la Campagne mondiale pour l’éducation, a souligné la nécessité de mettre fin à la crise mondiale de l’éducation de toute urgence :
« 80 millions d’enfants ne sont pas scolarisés. Ce nombre impressionnant représente plus que l’ensemble de tous les enfants de primaire d’Europe et des Etats-Unis…. Quelles sont donc les chances de mettre fin à la pauvreté au Niger, si 83% des femmes ne savent ni lire ni écrire ? »
 
Les jeunes participants, qui avaient déjà fait pression sur leurs responsables politiques locaux et nationaux, ont soumis les parlementaires européens à un feu roulant de questions sur les actions qu’ils comptaient prendre pour permettre à tous les enfants d’aller à l’école
 
De jeunes militants venus de Grèce ont rencontré des parlementaires du Parti Populaire Européen, M. Ioannis Gklavakis et Mme Marie Panayotopoulos-Cassiotou.
« Je suis heureuse et fière de voir des étudiants grecs s’intéresser à la défense de l’Education pour tous. La Campagne mondiale pour l’éducation nous fait espérer un meilleur avenir pour l’humanité basé sur l’éducation, et nous savons tous que l’éducation est une condition essentielle du progrès. Le but de la campagne est de défendre le droit à l’éducation à l’échelon mondial. »
Marie Panayotopoulos-Cassiotou (parlementaire européenne grecque)
« A cette époque où l'on ne parle que d'argent, de guerre, de violence et de terrorisme, il est particulièrement important qu'un groupe de personnes lutte pour l’éducation des enfants. Nous ne devrions pas oublier que seuls des citoyens éduqués et informés peuvent aider un pays à devenir puissant et respecté. Je souhaite sincèrement que vos efforts aboutissent à un résultat extrêmement positif. »
Ioannis Gklavakis (parlementaire européen grec)
Depuis le Royaume-Uni, Carole Grey a interrogé la parlementaire européenne Fiona Hall sur les actions entreprises par le Parlement européen afin d’aider les enfants les plus défavorisés à accéder à l’éducation. Dans sa réponse, Fiona Hall a souligné le rôle crucial du contrôle de l'utilisation des fonds.
 
« Cette action vient à point nommé pour nous rappeler qu’en 2007, à mi-chemin du but, la route à parcourir reste encore très longue même si des progrès considérables ont été réalisés en vue d’atteindre l’Objectif du millénaire pour le développement concernant l’éducation de tous les enfants d’ici à 2015 . Il est indispensable que l’aide au développement britannique et européenne reste focalisée en priorité sur l’éducation primaire et ne soit pas détournée vers d’autres canaux, notamment la lutte contre le terrorisme. »
 
De jeunes militants sénégalais ont mis en avant les bénéfices de l’école – en soulignant le fait que l’éducation ‘aide les jeunes à devenir quelqu’un’. Mme Kinnock leur a répondu en leur disant : « Restez à l’école, dites aussi à vos camarades de continuer à étudier et battez-vous pour votre droit à l’éducation ! ».
 
La manifestation s’est conclue par un rassemblement des militants et des politiciens qui ont déclaré leur solidarité et leur soutien à la défense de l'éducation pour tous les enfants. Au cœur politique de l’Europe, les jeunes gens ont ensuite commencé à former la chaîne mondiale pour l'éducation qui va grandir tout au long de l'année 2007 avec l'arrivée de participants à la campagne du monde entier qui, tous ENSEMBLE, vont exiger les droits à l'éducation maintenant : www.campaignforeducation.org/joinupaction
 
NOTES
ENSEMBLE, pour les droits à l’éducation maintenant ! est le slogan de la Campagne mondiale pour l’éducation en 2007. Cette action rassemblera des participants du monde entier qui, tous ensemble, joindront leurs mains pour former des chaînes humaines, solidairement unis côte à côte pour les droits à l’éducation. La chaîne est ouverte à tous ; pour y entrer, il suffit de se connecter au site www.campaignforeducation.org/joinup.
 
La Campagne mondiale pour l’éducation demande à l’Union européenne :
  • De définir des objectifs annuels précis pour augmenter l’aide conformément à l’engagement de l’UE – accroissement de l’APD à 0,56% du PNB d’ici à 2010 et à 0,7% du PNB d’ici à 2015.
  • De remplir son engagement d’allouer 20% de l’APD à la santé et à l’éducation de base, en augmentent l’APD à l’éducation de base qui ne représente actuellement que 1,53% du total.
  • D’attribuer 70% du financement total aux pays à faible revenu et de veiller à ce que l'aide soit distribuée là où elle est le plus nécessaire en s'appuyant sur l'Initiative Fast-Track de l'Education pour tous.
  • De s’engager publiquement à garantir la disponibilité de l’aide au cours des 5-10 prochaines années afin de permettre aux pays de former et d’embaucher des enseignants.
  • D’augmenter les engagements destinés au Fonds catalytique de l’Initiative Fast-Track de l'Education pour tous, afin que le financement anticipé de 1,1 milliard de dollars nécessaire pour les pays éligibles soit totalement assuré d’ici la fin de 2007.
 
La Campagne mondiale pour l’éducation demande à la Commission européenne :
  • De garantir une place prioritaire au soutien à l’éducation de base dans le cadre du 10ème FED.
·         D’utiliser pleinement le modèle de contrat des OMD pour assurer la prévisibilité de l’aide entre aujourd’hui et 2015.

Rédigé par kak94

Publié dans #justice

Repost 0
Commenter cet article