SOS Darfour

Publié le 3 Mai 2007

 

Rédigé par Aicha Karima Kouidri

Publié dans #solidarite

Repost 0
Commenter cet article

Mika Yondoloum 11/05/2007 16:11

Communiqué de presse du Parti Libéral du TchadN'Djamena le 11/05/2007Tchad / Vie politique / Enfants-soldats ou chair à canon Tchad : Que sait – on des enfants soldats ?« Il n'y a simplement pas d'excuse, pas d'argument acceptable pour armer des enfants ». Mgr Desmond Tutu.Après l'avoir fermement nié, le gouvernement tchadien vient finalement de reconnaître que des mineurs servaient dans les rangs de son armée contre la rébellion dans l'est du pays. Comme l’affirmaient depuis déjà deux ans la presse, les ONG et les partis politiques de l’opposition démocratique, les enfants soldats tchadiens constituent la chair à canon dans l’armée de Idriss Déby les enfants soldats sont aussi démineurs, espions, porteurs, esclaves sexuels. En octobre 2006, une presse indépendante tchadienne ‘’ Notre Temps’’ a dénoncé, photos à l'appui l’enroulement des enfants dans l’Armée et le cri de cœur du rédacteur de cet article a suscité une riposte cinglante du ministre de la Défense, le général Bichara Issa Djadallah, contre ceux qui «salissent l'armée» sans preuve. Cette riposte a valu au journaliste quatre jours de garde à vue.  «Il y a quelques jours, M. Moussa Djida Outman., le secrétaire d'État tchadien aux Relations extérieures vient confirmer la démobilisation de plus de 300 enfants de l’Armée nationale majoritairement zaghawa. Ces enfants soldats sont le plus souvent orphelins ou séparés de leur famille, sont enrôlés de force dans l'armée ethnique du Général Président ou dans des bandes qui luttent contre les politico-militaires. Agés de 10 à 12 ans, placés en première ligne lors des attaques, mais souvent livrés à eux-mêmes lors des replis, ces garçons ont participé à plusieurs batailles, ont connu la faim et la peur et se souviennent d'avoir tué des soldats ennemis pour se défendre. Ces enfants-soldats sont fréquemment drogués pour devenir insensibles à la peur et à la violence: un ancien rebelle, âgé de 14 ans, a expliqué que ceux qui refusaient la drogue étaient abattus. Pour accentuer un peu plus le traumatisme de ces enfants, l'armée va leur faire subir des rites et une discipline des plus ignobles : une fois dans l'armée, les soldats vont leur apprendre à devenir de véritables machines à tuer, les rendant insensibles à la mort et à la douleur. Et pour cela, on sème en eux la confusion entre le “bien” et le “mal” Toute vérité finit par se savoir il est alors du ressort de la Cour pénale internationale (CPI) de montrer au reste du monde que le recrutement d'enfants soldats dans des conflits armés est un crime de guerre et un crime contre l’humanité. Il est clair que profiter de la naïveté des enfants et anéantir leur dignité revient à détruire l'humanité de demain ! Que dit la loi de la CPI dans une telle situation ? Mika-L. YondoloumPrésident du PLTBP1323 Ndjaména Rép. du Tchad tél : (235) 670-4990 ou (235) 630 -6687